Latest Post

La résurrection de Stefanos Tsitsipas Jannik Sinner, on top of the world

Jannik Sinner remporte l’Erste Bank Open en battant Daniil Medvedev (7/6 4/6 6/3) en finale le dimanche 29 octobre 2023.

La huitième rencontre entre les deux membres du top 5 a été magistrale. Après six défaites d’affilée, Jannik Sinner semble enfin avoir trouvé la clé face au jeu de Daniil Medvedev. Il confirme sa victoire d’il y a quelques semaines à l’Open de Pékin en remportant un quatrième titre cette saison.

Jannik Sinner agresse, Daniil Medvedev réagit

Dès les premiers points du match, les intentions des deux joueurs sont saillantes. Daniil Medvedev multiplie les changements de direction pour empêcher Jannik Sinner de prendre l’ascendant dans l’échange. Ce dernier se projette vers l’avant sur chaque point. L’Italien cède son service en premier après un jeu contrariant. Ses deux services-volées sont punis par autant de retours gagnants courts croisés ; il envoie deux smashs hors des limites du court. Le troisième joueur mondial lui rend la faveur quelques minutes plus tard. En manque de première balle, il est exposé aux attaques de Jannik Sinner. Les jeux suivants donnent l’avantage aux serveurs. Daniil Medvedev reste intouchable grâce à la qualité de ses services tandis que le vainqueur de Pékin effleure toutes les lignes. Ils se départagent au tiebreak.

Les premiers points fait de fautes directes témoignent de la tension qui flotte dans l’air. Alors que chacun reprend ses esprits, les tendances de la rencontre se confirment. Le Russe fait durer les duels avec la profondeur de ses balles tandis que le quatrième joueur mondial structure les échanges en quête de points gagnants. Ses coups droits courts décroisés lui créent les ouvertures idéales pour conclure longue ligne. La prise d’initiative de Jannik Sinner est récompensée par le gain de la première manche.

Jannik Sinner faiblit, Daniil Medvedev domine

Le dénouement du premier set n’a pas les effets attendus. Il libère Daniil Medvedev et rompt la dynamique de Jannik Sinner.  Ce dernier commet quelques fautes qui font de ses jeux de service des dangers permanents. Il cède le troisième après une volée claquée qui atterrit dans le couloir. Le Russe ne se contente pas d’un break. Il pousse Jannik Sinner à la faute grâce à ses qualités défensives hors normes. Un nouveau smash dans le filet lui offre le double break. Daniil Medvedev s’empare de la seconde manche sans trop d’effort.

Les travers de l’Italien ont ressurgi pendant le deuxième set. Il prend tellement de risques sur ses frappes, qu’une once de moins bien lui coute énormément. Ses trop nombreuses fautes directes ont été fatales face à la régularité de son adversaire.

Jannik Sinner s’illustre, Daniil Medvedev s’accroche

Jannik Sinner renoue avec son tennis impactant dès le début du set décisif. Laisser Daniil Medvedev diriger la cadence n’est plus une option. Il retourne les services à peine un mètre derrière sa ligne et joue les coups suivants avec un pied dans le court. L’élève de Daren Cahill est maître du terrain : ses fautes lui coutent, ses coups gagnants le sauvent. Daniil Medvedev réagit mais n’initie plus. La violence et la longueur des échanges pèsent sur les corps des deux finalistes. L’ultime set est une bataille physique et mentale à couper le souffle. Le quatrième jeu illustre la difficulté du combat qui se déroule. Jannik Sinner a besoin de neuf balles de break pour subtiliser le service de son adversaire. Le Russe se protège grâce à sa longueur de balle tandis que le quatrième joueur mondial s’engage pleinement dans chacune de ses frappes. Jusqu’à la fin du match, les balles de break se succèdent de part et d’autre du filet. Jannik Sinner dicte l’échange en alternant entre la gauche et la droite tandis que Daniil Medvedev se défend grâce au volume de ses coups droits. Comme dans la première manche, la prise de risque de l’Italien est récompensée. Il est sacré champion à Vienne pour la première fois de sa carrière.

Durant les trois heures de jeu, Jannik Sinner a fait preuve d’une détermination ahurissante. Sa volonté de proposer un tennis agressif construit vers l’avant était palpable. Ses quelques grossières fautes directes et les passings de Medvedev ne l’ont jamais fait douter de sa stratégie. Être capable d’enchaîner les points sans être freiner par ses échecs passés est la preuve des grands champions. Aujourd’hui, Jannik Sinner a prouvé qu’il est l’un d’eux.

Marnie Abbou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *